Le Président de la CECC écrit au Premier ministre Harper

Lu sur le site de la Conférence des évêques catholiques du Canada
http://www.cccb.ca/site/frc/salle-de-presse/declarations-et-lettres/3868-le-president-de-la-cecc-ecrit-au-premier-ministre-harper

Le Président de la CECC écrit au Premier ministre Harper

 
En préparation de la passion et de Pâques, le Jeudi saint 17 avril 2014, Mgr Paul-André Durocher, archevêque de Gatineau et président de la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC), a écrit au Premier ministre Stephen Harper au sujet d’un certain nombre de préoccupations de la CECC face « aux contextes et aux endroits où l’humanité est souffrante et menacée ». Dans son introduction, Mgr Durocher souligne que « notre époque connaît nombre de graves problèmes touchant notamment l’économie, l’emploi, l’environnement, les droits des peuples autochtones, la sécurité des personnes et celle des pays ». « Ces problèmes », poursuit le Président, « ont un profond impact sur la vie et la dignité humaine, et ils sont d’autant plus complexes qu’ils s’entremêlent non seulement entre eux, mais aussi au niveau de leurs enjeux moraux et spirituels ».

Mettant l’accent sur l’Afrique, l’Asie, l’Amérique latine, l’Europe et le Canada, la lettre attire l’attention sur des enjeux sur lesquels les évêques du Canada ont récemment discuté. Mgr Durocher conclut sa lettre en offrant les prières et les sympathies des évêques à la suite des funérailles de l’Honorable Jim Flaherty qui ont eu lieu le 16 avril dernier, et la mort des cinq jeunes à Calgary qui ont été tragiquement assassinés aux premières heures du matin le 15 avril.

Pour lire la lettre: http://www.cccb.ca/site/images/stories/pdf/Lettre_au_Premier_Ministre_Harper_-_FR_-__17_avril_2014.pdf

http://beta.ecdq.org/blog/le-president-de-la-cecc-ecrit-au-premier-ministre-harper/

Et Dieu vit que cela était bon: message des évêques catholiques du Québec pour le Jour de la Terre et le 1er mai

Jour de la terre

En ce Jour de la Terre, nous vous partageons cette note théologique partagée par l’Assemblées des évêques catholiques québécois!

Et Dieu vit que cela était bon

Présentation

Le souci écologique caractérise notre époque.  Notre société prend de plus en plus conscience des menaces qui pèsent sur l’équilibre de la biosphère. Il s’agit d’un véritable signe des temps qui constitue à la fois un défi et un appel à l’engagement et à la solidarité. 

Aussi, l’Assemblée des évêques catholiques du Québec choisit de souligner cette année le Jour de la Terre, le 22 avril, par la publication d’un message spécial intitulé Et Dieu vit que cela était bon. Compte tenu de l’importance sociale de l’enjeu environnemental, c’est ce texte que l’Assemblée soumet également à la réflexion en lieu et place de son message habituel pour le 1er mai.

Préparé par le conseil Communautés et Ministères de l’Assemblée et publié dans la série des Notes théologiques et pastorales, ce message propose une réflexion en trois temps  sur les fondements d’une spiritualité et d’une pastorale de la création: un regard théologique, un regard éthique et un regard spirituel. C’est une invitation lancée à tous et à toutes de se retrouver ensemble en première ligne de la réflexion et de l’action pour la préservation de l’environnement, une réalité de plus en plus déterminante pour l’avenir de notre humanité.

Cette note théologique et pastorale est disponible sur le site Internet de l’Assemblée des évêques catholique du Québec au www.eveques.qc.ca. On peut aussi s’en procurer des exemplaires imprimés en les commandant au Secrétariat des évêques catholiques du Québec au coût de 1 $ chacun.

Version PDF http://eveques.qc.ca/documents/2014/20140422Notetheo8.pdf

http://beta.ecdq.org/blog/et-dieu-vit-que-cela-etait-bon-message-des-eveques-catholiques-du-quebec-pour-le-jour-de-la-terre-et-le-1er-mai/

En route vers Pâques, de nombreuses activités à Québec

 Vitrine_Paques-2014-V3

Des chrétiens de partout à travers le monde se rappellent cette Semaine sainte, les jours qui ont mené à la mort et la résurrection de Jésus Christ. Les Jours saints seront bien sûr soulignés dans toutes les paroisses de l’Église catholique de Québec. Voici un échantillon de quelques-uns de ces rassemblements qui demeurent un temps fort dans la vie spirituelle de tant de Québécois et Québécoises :

Liturgies de la Semaine sainte présidées par notre archevêque Gérald
dans le cadre du Jubilé du 350e de Notre-Dame de Québec

Basilique-cathédrale Notre-Dame de Québec (16, rue De Buade)

La Messe chrismale le Mercredi saint, 16 avril à 19 h 30

Le cardinal Lacroix bénira les huiles et consacrera le Saint-Chrème qui serviront aux célébrations des sacrements de baptême, de confirmation, d’onction des malades et des ordinations de l’année à venir. Cette célébration qui manifeste l’unité de toute la communauté diocésaine autour de son évêque sera présentée en direct dès 19 h 15 sur la webtélé de l’Église catholique de Québec, au www.ecdq.tv.

 La Cène du Seigneur le Jeudi saint, 17 avril à 19 h 30

L’Office de la Passion le Vendredi saint, 18 avril à 15 h

La Veillée pascale le Samedi saint, 19 avril à 20 h

Messe du Dimanche de Pâques, 20 avril à 9 h 30

Marches de la croix du Vendredi saint (échantillon)

Marche œcuménique de la Croix à Québec

Le Vendredi saint, 18 avril, une Marche œcuménique de la Croix aura lieu dans le Vieux-Québec avec la participation de plusieurs communautés chrétiennes de la capitale.  
18 h 30 Église Chalmers-Wesley, 78, rue Ste-Ursule (Église Unie)
19h Église St. Andrew , 106, rue Ste-Anne (Église presbytérienne)
19h30 Basilique-cathédrale Notre-Dame de Québec (Église catholique)
20h Cathédrale Holy Trinity, rue des Jardins (Église anglicane)

Mgr Dennis Drainville, évêque anglican de Québec, le cardinal Gérald Lacroix,   Reverend Katherine Burgess, (paroisse St. Andrew) et le pasteur Samuel Vauvert Dansokho (paroisse Saint-Pierre) prendront part à la Marche.

Paroisse Saint-Charles-Borromée
Départ à 10 h de l’église Saint-Charles Borromée, 747 Boul. Louis-XIV

Marche jusqu’à l’église Saint-Jérôme, 6350,  Avenue Jean-Paquin

Université Laval
Départ à 12 h 30 de la chapelle Marie-Guyart, au Pavillon Ernest-Lemieux.

Marche de prière sur le Campus de l’Université.

Paroisse Saint-Roch
Le Chemin de la croix dans les rues de la Basse-Ville de Québec débutera à 12 h 45, au Parc Cartier-Brébeuf et sera animé par Mgr Denis Grondin, évêque auxiliaire à Québec.

Arrivée à l’église Saint-Roch et célébration du Vendredi saint à 15 h.

Paroisse Saint-Benoit Abbé
Départ  à 14 h 30, de trois endroits précis : coin Boul. Pie XII et des Bois; intersection Colonel Jones et Routhier; coin Gingras et Chemin Sainte-Foy

Arrivée à l’église Saint-Benoit Abbé, 3420 de Rochambeau, pour la célébration de la Passion du Seigneur à 15 h.

Paroisse Saint-Joseph de Lévis
Il y aura une marche du Vendredi  Saint dans les rues de la ville de Lévis. La marche débutera par une  rencontre, à 17 h 45, sur le parvis de l’église Notre-Dame, 18 rue Notre-Dame. Elle débutera à 18 h, pour un parcours sur les rues de la Visitation, St-Georges, Mont-Marie, St-Omer, St-Félix, Déziel.  Retour à l’église Notre-Dame pour une cérémonie de mise au tombeau de Jésus qui débutera à 19 h 30. 

http://beta.ecdq.org/blog/en-route-vers-paques-de-nombreuses-activites-quebec/

1 000 Chevaliers de Colomb à Québec pour leur 115e Congrès provincial

Du 11 au 13 avril prochain, les Chevaliers de Colomb du Québec tiendront leur 115e Congrès provincial dans la Vieille Capitale. C’est pour commémorer le 350e anniversaire de Notre-Dame de Québec que plus de 1000 Chevaliers de Colomb ont choisi de se réunir à Québec.

Le samedi 12 avril, plus de 250 invités des Chevaliers vivront le passage de la Porte Sainte, suite à quoi le millier de Chevaliers participeront à la messe du dimanche des Rameaux, présidée spécialement pour l’occasion par le Cardinal Gérald Lacroix, fervent partisan et membre des Chevaliers de Colomb lui-même. Rappelons que le dimanche des Rameaux commémore l’entrée du Christ à Jérusalem, marquant le début de la Semaine Sainte qui se termine par la grande fête de Pâques. Cette célébration solennelle sera aussi magnifiée par l’interprétation de musique sacrée par un chœur réunissant plusieurs chanteurs professionnels sous la direction de Guillaume Boulay, directeur musical de Notre-Dame de Québec.

Les Chevaliers de Colomb sont de grands partenaires des Fêtes du 350e de Notre-Dame de Québec. Le Conseil suprême des Chevaliers de Colomb, le Conseil d’État du Québec et l’Association canadienne des dix Conseils d’État se sont regroupés pour donner l’appui financier nécessaire à l’édification de la Porte Sainte. La Porte Sainte est d’ailleurs marquée de l’emblème des Chevaliers de Colomb pour commémorer leur appui indéfectible.

Le lien avec les Chevaliers de Colomb s’est confirmé le 6 août 2013, lors du 131e Congrès suprême des Chevaliers de Colomb à San Antonio au Texas. L’Ordre y a alors inauguré son nouveau Programme de prières mariales présentant, en couverture, la peinture de l’Immaculée Conception veillant au chœur  de la Basilique-cathédrale Notre-Dame de Québec*.

cathedrale

Dans ce programme de prières, des reproductions de cette œuvre magnifique, bénies par le pape François, sont confiées aux députés d’État qui les rapportent dans leurs États respectifs, où elles sont vues par les membres de plus de 14 000 conseils locaux de l’Ordre présents dans le monde. Ces images sont au cœur du geste de piété des Chevaliers, de leurs familles et d’autres catholiques.

Rappelons que l’ordre des Chevaliers de Colomb compte plus de 1,8 million de membres dans le monde et qu’il est la plus grande organisation fraternelle catholique du monde.

La Porte Sainte

À l’occasion du jubilé du 350e anniversaire, la construction d’une Porte Sainte à la Basilique-cathédrale Notre-Dame de Québec constitue un privilège exceptionnel accordé par le Saint-Siège, à cause du rôle qu’a tenu Notre-Dame de Québec dans l’histoire de la Nouvelle-France. Cette porte est la septième dans le monde et la première à l’extérieur de l’Europe.

Quel rôle Notre-Dame de Québec a-t-elle tenu?

De toutes les activités et implications de la paroisse dans le développement de la colonie, citons que Notre-Dame de Québec constitue la porte d’entrée de l’Église catholique en Amérique du Nord. Elle est la première édification canonique faite par le premier évêque, Mgr François de Laval, devenant la paroisse mère de l’Amérique catholique au nord des colonies espagnoles.

De plus, Notre-Dame de Québec a tenu un rôle déterminant dans le développement du Québec, du Canada, voire de l’Amérique du Nord, se situant à un certain moment de l’histoire, au sein du plus grand diocèse du monde, le diocèse de Québec. Elle est devenue l’un des piliers de la survivance du français en Amérique du Nord et un témoin actif de toutes les mutations culturelles qui ont modelé notre société.

Les Fêtes du 350e de Notre-Dame de Québec

Les fêtes du 350e anniversaire de Notre-Dame de Québec vont bon train et la programmation spéciale débutera, les 17 et 18 avril prochain, par la présentation du Mystère de la passion par les Violons du Roy à la salle Raoul-Jobin du Palais Montcalm.

Au cours des 3 premiers mois de l’année, hiver rigoureux, la Basilique-cathédrale a accueilli près de 35 000 personnes qui ont passé la Porte Sainte, incluant les groupes et les pèlerins individuels. On compte aussi, à ce jour, plus de 15 000 inscriptions pour des pèlerinages de groupes.

Avec les fêtes du 350e, la Porte Sainte, la nomination du Cardinal Lacroix, la canonisation de François-de-Laval et de Marie-de-L’Incarnation, la haute saison s’annonce avec ses prometteuses prévisions d’achalandage. Il faut noter que pour le mois de mai seulement, près de 10 000 personnes sont inscrites en groupes et ce chiffre ne tient pas compte des milliers de pèlerins individuels qui visiteront Notre-Dame de Québec et sa Porte Sainte.

* Œuvre réalisée en 1925 par sœur Marie-de-l’Eucharistie, une des Sœurs de la Charité de Québec, pour remplacer le tableau du XVIIIe siècle détruit dans l’incendie de la cathédrale en 1922.

 

http://beta.ecdq.org/blog/1-000-chevaliers-de-colomb-quebec-pour-leur-115e-congres-provincial/

Triduum Pascal dans les rues de la Basse-Ville

Que diriez-vous de vivre un Triduum pascal différent ?

Le collectif jeunesse « Sacrée Basse-Ville », en collaboration avec Mgr Grondin le vendredi Saint, vous invite à différentes activités dans le cadre des jours Saints.

Jeudi Saint « en actes et en vérité » ! 17 avril 16h00-18h30 :

Partager la joie de l’Évangile dans les rue de la Basse-Ville !

Comment? En offrant aux passants un sourire, une bonne parole…et un SAC de « POP CORN » pour leur rappeler que d’ici quelques jours, la VIE ÉCLATERA !

Viens-nous rejoindre le 17 avril à 16h00 au local de la J.O.C. : 435 rue Du Roi, quartier St-Roch.

********************************************************************************

Vendredi Saint, 18 avril 2014 de 12h45 à 15h00

Départ : Parc Cartier-Brébeuf, Limoilou (à la croix qui a été bénie par J P II en 1984)

Arrivée : Église St-Roch

Pour qui? Ouvert à tous, mais invitation spéciale aux 16-30 ans! 

Pourquoi? Suivre le Christ sur le chemin de l’amour total et accompagner tous ceux qui encore aujourd’hui portent des croix de toutes sortes…

                 Tout au long du parcours, nous ferons des arrêts devant des lieux significatifs où des personnes portent leur croix de diverses façons et où d’autres les aident à se relever

Possibilité de participer à la célébration de la vénération de la croix de 15h00 à St-Roch.

Samedi Saint : 19 avril : Marche de la Lumière

18h30 : Rendez-vous au Patro Roc-Amadour, 2301, 1ère avenue

Vigile Pascale et Marche au flambeau dans les rues du quartier Limoilou. Une belle occasion pour les participants de témoigner publiquement de leur attachement au Christ.  Un temps de fraternité termine cette soirée.

Pour Informations :

Jeunesse Franciscaine : pastojeunessefranciscaine@gmail.com

Centre missionnaire Jésus-Marie : cmjmquebec@gmail.com

Pastorale Jeunesse diocésaine: jeunesse@ecdq.org 

 Jeudi Saint SaintVendredi SaintSamedi saint

http://beta.ecdq.org/blog/triduum-pascal-dans-les-rues-de-la-basse-ville/

Le fondateur des Soeurs de Sainte-Jeanne d’Arc, le père Marie-Clément Staub, reconnu vénérable.

 

Le Père Marie-Clément Staub, religieux Augustin de l’Assomption, fondateur de la congrégation des Sœurs de Sainte-Jeanne d’Arc et du Montmartre canadien a été reconnu vénérable par le pape François le même jour que celui de la canonisation de François de Laval et Marie de l’Incarnation, le 3 avril dernier.

Né en Alsace le 2 juillet 1876, il entre chez les Assomptionnistes à l’âge de 14 ans. Il est ordonné prêtre en 1904 et en 1909, il se retrouve professeur au Collège des Pères de l’Assomption à Worchester, MA, aux États-Unis. Il fait de la prédication dans les paroisses et les communautés religieuses.

Prédicateur infatigable, l’apôtre du Sacré-Cœur est appelé à résider souvent dans des presbytères. Il se rend vite compte que le personnel qui s’y retrouve n’a pas toujours les qualités souhaitables de discrétion, d’attention et de disponibilité. La fondation d’une communauté de religieuses formées à cette tâche comblerait cette lacune.  À Noël 1914, à Worchester, aux États-Unis, est fondée la congrégation des Sœurs de Sainte-Jeanne d’Arc. Il est alors entouré de 3 des 7 fondatrices. En 1917, à Sillery, s’établit la maison-mère des Sœurs de Sainte-Jeanne d’Arc.  C’est le 16 mai 1936, à l’âge de 59 ans, qu’était rappelé au ciel le père Staub.

Voici sa biographie complète que les Soeurs de Sainte-Jeanne d’Arc nous ont partagée: 

 

Le Serviteur de Dieu

P. Marie-Clément Staub, religieux Augustins de l’Assomption, 1876 – 1936

Apôtre du Sacré-Cœur 

Fondateur des Sœurs de Ste-Jeanne d’Arc

Fondateur du Montmartre Canadien

C’est à Kaysersberg, en Alsace, le 2 juillet 1876, que le foyer de Clément Staub et de Marguerite Hertig accueillait le quatrième enfant qui reçut au baptême le nom de Joseph. À 14 ans, le jeune Joseph entra chez les Assomptionnistes. «Le désir de devenir prêtre, que le bon Dieu a mis dans mon cœur, dominait en moi dès ma plus tendre enfance. À ma première communion, lorsque j’eus le bonheur de recevoir Jésus-Christ, mon Seigneur et mon Dieu, ce désir a été confirmé encore.»

Le 28 octobre 1890, Joseph fit ses adieux à sa famille. Il confiera à son journal intime en première page: «Je suis venu à l’alumnat pour me sanctifier, pour aimer mon Jésus et Marie.» Le 6 septembre 1896, avec l’habit assomptionniste, il reçoit le nom de frère Marie-Clément. En octobre 1898, il va à Rome pour terminer ses études.

Une préparation immédiate, paisible, fervente le disposa à mieux recevoir les grâces de l’ordination: «Je voudrais faire de ce pas, le plus grand de mon existence,  l’acte le plus aimant de ma vie…» Le 19 mars 1904: «Jour inoubliable de mon ordination sacerdotale en la basilique de St-Jean-de-Latran.» Le 20 mars 1904: «Jour béni de ma première messe aux catacombes de St-Calixte, dans la chapelle de Ste-Cécile. Faire descendre pour la première fois Jésus sur l’autel. Ni la langue ne peut le dire, ni les mots ne peuvent l’exprimer. Je ne crois pas qu’un bonheur plus grand  ne m’arrivera jamais sur cette terre.»

Le P. Marie-Clément revint de Rome prêtre et docteur en philosophie et en théologie.

Dès son jeune âge, il avait une grande dévotion envers le Sacré-Cœur. La Providence le mit en relation en 1908, avec Mme Édite Royer, qui en 1870, fut à l’origine de l’Archiconfrérie de prière et de pénitence, installée officiellement en 1881 dans la Basilique du Sacré-Cœur de Montmartre à Paris.

En 1908, il écrit ces lignes: «J’ai résolu de donner à ma vie de prêtre et de religieux le cachet de l’apostolat en faveur du Sacré-Cœur par la très sainte Vierge

Amérique du Nord, terre d’apostolat:

Le 7 décembre 1909, le père franchissait l’Atlantique. Son obédience l’amenait au collège des Pères de l’Assomption à Worcester, MA aux États-Unis.

«J’arrive ici avec des désirs immenses de faire quelque chose pour le Divin Cœur.» La première grande réalisation du P. Marie-Clément en Amérique du Nord fut l’établissement de l’Archiconfrérie de prière et de pénitence. Au dire du père lui-même, et les faits le prouvent: «Il fut rapide, ardent comme un incendie.» Ce fut l’étincelle qui embrasa toutes les énergies de l’apôtre qui, dès lors et dans toutes ses entreprises sacerdotales, se mettra au service de son meilleur Ami, le Sacré Cœur de Jésus.

À son arrivée aux États-Unis, il écrit: «J’’entends, dans cette décision de l’obéissance, l’appel du Sacré Cœur de Jésus qui me désigne ce champ de labeur si vierge encore, si jeune, si plein d’espérance et de vie. Allez planter, là aussi, la chère oriflamme du Sacré-Cœur et de Notre Dame, quel honneur et quel bonheur! C’est un peu loin. C’est le sacrifice qui se mêle à la joie. C’est la croix qui fait payer sa fécondité

Apôtre du Sacré-Cœur

Le P. Marie-Clément allait entreprendre ses prédications dans les paroisses et dans les communautés de religieuses. En 1910, ces mêmes religieuses envoyèrent au Montmartre à Paris des listes d’Associés dont les noms se chiffrèrent par milliers de sorte que le père pouvait écrire, dès le mois de novembre de cette même année: «L’Archiconfrérie se propage comme un feu d’incendie

Dès les premières années de son ministère, il tire cette conclusion: «Combien je remarque que les prédications sur le Divin Cœur sont transformantes

L’infatigable apôtre fit aussi imprimer des milliers d’images du Sacré-Cœur de Montmartre aux bras étendus. Ces images furent intronisées dans les familles, dans les écoles, dans les magasins et même dans les usines. Le P. Marie-Clément prêchait le Sacré-Cœur sans se lasser. Il pouvait écrire en toute vérité: «Notre cause du Sacré-Cœur  prend un élan inimaginable. Le doigt de Dieu est là

Le 9 mars 1914, au cours d’une audience privée, le T.R.P. Emmanuel Bailly, sup. gén., présentait à sa Sainteté Pie X, le P. Marie-Clément Staub comme directeur délégué pour l’Amérique du Nord de l’A.P.P. Dès le lendemain, sur l’exemplaire de la journée réparatrice du prêtre, le Saint-Père écrivait de sa main ces lignes brèves et expressives:

«Nous unissant dans l’amour de Jésus-Christ aux prêtres du monde entier afin de nous associer à eux et de participer aux mérites de tous. Nous nous inscrivons nous-mêmes avec joie dans cette Archiconfrérie, en demandant pour eux au Seigneur toutes sortes de grâces de bonheur et de salut.»                               (Signé)       « Pie X»

L’apôtre au cœur de feu, et demain le fondateur, a conquis des foules aux écoutes de sa chaude parole, comme aussi les cœurs isolés qui le fréquentaient et se confiaient à lui. Au service du Roi d’Amour, rien ne pourra arrêter l’enthousiasme apostolique et communicatif du P. Marie-Clément. Il pouvait déplacer des montagnes pour faire aimer le Sacré-Cœur. En 1917, il fonde le Centre national canadien de dévotion au Sacré-Cœur dont le sanctuaire, appelé communément le «Montmartre canadien», qui fut bénit le 6 janvier 1927, par Mgr Raymond Marie Rouleau, archevêque de Québec. Il est bon de mentionner que l’œuvre de l’A.P.P. est toujours vivante au Montmartre canadien.

L’apôtre enflammé d’amour du Cœur de Jésus, touchait tous les cœurs. Son zèle infatigable entra aussi dans les écoles et des milliers d’enfants ont été enrôlés. Ce qui caractérise le mieux l’apostolat du P. Marie-Clément pour l’œuvre, ce sont les retraites du Sacré-Cœur, qu’il prêchait tant aux États-Unis qu’au Canada. Tous ceux qui prirent part à ces retraites en gardèrent un souvenir ineffaçable. Voici ce qu’écrivait le curé d’une paroisse du diocèse de Québec après le passage du P. Marie-Clément:

Il y a trois mois que nous avons vécu ensemble la belle semaine du Sacré-Cœur. Semaine inoubliable! Jamais dans ma vie de prêtre et de curé, je n’ai vu pareille chose, des conversions aussi éclatantes, des retours aussi nombreux, un changement aussi radical, et aussi profond opéré par huit jours seulement de prédication.  Vraiment, j’ai vu là, comme vous me le prédisiez,  l’œuvre puissante, toute miraculeuse, du Sacré-Cœur.

Le père écrivait à son supérieur: «C’est le Sacré-Cœur qui a tout fait, dans cette chère œuvre. C’est vraiment extraordinaire et vraiment miraculeux. Cela ne veut pas dire que les choses se font toutes seules. Il faut même que je vous dise que c’est un apostolat très difficile, très amer…Toutefois, le Sacré-Cœur couronne toujours la persévérance d’un plein succès et les merveilles qu’il opère dans les âmes et les paroisses «retournent» même les âmes les plus obstinées du début

Fondateur

À Rome en 1904, le P. Marie-Clément a été impressionné par la proclamation de l’héroïcité des vertus de Jeanne d’Arc à qui il fait cette promesse dans son cœur: «Jeanne, tu es Lorraine je suis Alsacien; tu es ma sœur, je suis ton frère, je ferai quelque chose pour toi dans ma vie de prêtre.» Nous voyons déjà la grande dévotion que le père avait pour sainte Jeanne d’Arc.

Prédicateur infatigable, l’apôtre du Sacré-Cœur appelé à résider souvent et parfois des semaines entières dans des presbytères, s’était vite rendu compte que le personnel affecté à cette tâche n’avait pas toujours les qualités souhaitables de discrétion, d’attention et de disponibilité. La fondation d’une communauté de religieuses formées à cette tâche comblerait cette lacune.

            À Noël 1914, à la célébration de la divine naissance de Bethléem, à Worcester aux États-Unis, s’ajoutait une autre naissance: le P. Marie-Clément, entouré de 3 des 7 fondatrices, devenait en cette nuit de Noël le fondateur des Sœurs de Ste-Jeanne d’Arc.

Consacrée au Sacré-Cœur dans le service spirituel et temporel pour le sacerdoce, telle est donc la vocation d’une Sœur de Ste-Jeanne d’Arc. C’est à lui que la Providence a confié le soin de tracer ce que nous sommes appelées à dire en Église: «Rappeler à tous nos frères l’amour du Cœur de Jésus – par une vie toute donnée au service de l’Église et du sacerdoce

Le 2 mars 1917, à la demande du P. Marie-Clément, le cardinal Louis-Nazaire Bégin accepta d’ouvrir le diocèse de Québec aux Pères Assomptionnistes et aux Sœurs de Ste-Jeanne d’Arc, autorisant en même temps le père à y fonder un Centre canadien pour l’Archiconfrérie de prière et de pénitence.

C’est à Sillery, qu’en 1917, grâce au sens pratique et à l’esprit d’entreprise peu ordinaire du fondateur devenu bâtisseur, que s’édifia rapidement la maison mère des Sœurs de Ste-Jeanne d’Arc.

Apôtre du Sacré-Cœur, homme de Dieu, le fondateur avait un grand esprit contemplatif, une nature forte et équilibrée, un amour ardent pour la Vierge Marie, Reine du clergé, pour l’Église et le sacerdoce.

Le samedi 16 mai 1936, à la maison mère des Sœurs de Ste-Jeanne d’Arc à Sillery, à l’âge de 59 ans, s’éteignait le P. Marie-Clément Staub, pleuré par tous ceux et celles qui l’avaient connu, aimé et qui avaient trouvé en lui le prêtre, le religieux, le fondateur, le confident, l’apôtre infatigable, zélé, et enthousiasme, inlassablement donné au service de l’Église et à l’avènement du Règne du Sacré-Cœur.

Ce jour marial, marquait aussi le 16e anniversaire de la canonisation de Jeanne d’Arc. Pour son serviteur qui, en 1904, avait promis de faire quelque chose pour elle dans sa vie de prêtre, n’était-ce pas là la réponse de Jeanne: «C’est à moi aujourd’hui de faire quelque chose pour toi! T’accueillir et te présenter au Père céleste!»

            «Amour de Jésus-Christ, j’ai osé m’approcher de vous, souvent et longtemps… J’ai consacré les moments de mon sommeil pour venir me serrer au milieu de vos anges qui forment votre cour autour du tabernacle, et là, silencieux, j’écoutais votre parole…»

Gilberte Paquet, S.J.A.
Vice-Postulatrice
La Cause est inscrite à la Congrégation des Saints au Vatican.
Le Père Roger Laberge, R.S.V., est le postulateur actuel

 

Pour plus d’informations:

Secrétariat Père Marie-Clément Staub, A.A.,
SS de Sainte-Jeanne d’Arc
1505 de l’Assomption, Sillery, QC  G1S 4T3.
Téléphone: (418) 527-2589    Télécopieur: (418) 527-7881
Courriel: causemcs@altavista.fr

 

 

 

 

http://beta.ecdq.org/blog/le-fondateur-des-soeurs-de-sainte-jeanne-darc-le-pere-marie-clement-staub-reconnu-venerable/

Et si on voyait le cœur des autres…

Il y a longtemps que j’ai pris le temps de bloguer ! En voyant ce matin un court métrage édifiant, j’ai eu envie de vous le partager. 

Cette vidéo me rappelle que chaque personne que je rencontre à une beauté intérieure qui lui est propre.  Si nous sommes attentifs nous pouvons la voir poindre cette bonté animant notre entourage. On s’extasie facilement devant les grands de ce monde qui ont fait de grandes œuvres : Mère Térésa ou Nelson Mandela. D’ailleurs, je suis la première à être admirative de ce qu’ils ont accompli à des niveaux internationaux!

Cependant, combien de mes proches sont d’une grande bonté silencieuse? On ne sait pas toujours qu’une amie accompagne sa voisine à l’hôpital; qu’un frère écoute un collègue dépressif; qu’une mère prend du temps avec son cousin aveugle; qu’un père va aider sa belle-mère avec plaisir; qu’un voisin déneige le trottoir d’une dame âgée; qu’un homme aide une jeune maman à porter ses achats dans sa voiture; qu’une femme préfère se taire pour ne pas en blesser une autre… Ces gens discrets ont compris et mettent en pratique l’un des enseignements essentiels pour les chrétiens : Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir! (Ac 20, 35)

Aujourd’hui, rendons grâce à Dieu pour toute cette bonté invisible qui rend le monde meilleur en concrétisant le Royaume de Dieu. Soyons remplis de joie pour toutes ces personnes qui nous donne le goût de « donner au suivant »! Cette semaine avez-vous été un témoin (direct ou indirect) du don de soi de quelqu’un près de vous? Partagez-nous les en commentaires, car ça donne toujours de l’élan d’entendre des tranches de vie pleines de bonté! 

http://beta.ecdq.org/blog/si-voyait-le-coeur-des-autres/

François de Laval et Marie de l’Incarnation reconnus saint et sainte

 

Décrets signés ce matin par le pape François

François de Laval et Marie de l’Incarnation reconnus saint et sainte

 

Grande célébration le dimanche 18 mai
pour nos deux premiers saints de Québec

 

Québec, le 3 avril 2014C’est par décret que le pape François a procédé aujourd’hui à la canonisation de François de Laval et Marie de l’Incarnation lors de son audience générale en la place Saint-Pierre de Rome. Ces deux figures marquantes de l’histoire du Québec deviennent ainsi les deux premiers saints de Québec.

Lors d’une conférence de presse conjointe à l’archevêché de Québec, le cardinal Gérald Cyprien Lacroix, archevêque de Québec, Sr Louise Gosselin, supérieure générale des Ursulines de l’Union canadienne, et l’abbé Jacques Roberge, supérieur général du Séminaire de Québec, ont pris la parole pour partager leurs réactions à l’annonce du pape François.

 « Saint François de Laval. Sainte Marie de l’Incarnation. Nous nous habituerons vite à ces nouveaux vocables ! Beaucoup déjà reconnaissaient la sainteté du premier évêque de Québec et de la fondatrice du monastère des Ursulines de Québec. Ils sont aujourd’hui reconnus par l’Église universelle comme grands témoins du Christ pour l’humanité. Demandons leur intercession pour poursuivre notre mission en terre d’Amérique ! » – Cardinal Lacroix

  « Il y a 375 ans, Marie Guyart de l’Incarnation fondait le monastère des Ursulines de Québec et ouvrait la première école pour fille en Amérique du Nord. C’est avec une immense joie et dans l’action de grâce que les Ursulines de l’Union canadienne accueillent cette belle nouvelle longuement espérée » – Sr Gosselin

 « C’est avec joie et action de grâce que la communauté des prêtres du Séminaire de Québec accueille la canonisation de son fondateur, Mgr François de Laval. Cette nouvelle arrive comme l’heureuse conclusion des Fêtes du 350e anniversaire de fondation du Séminaire de Québec  et comme un extraordinaire complément au jubilé de la paroisse Notre‑Dame érigée aussi par Mgr de Laval en 1664.  » -Abbé Roberge

 Une grande célébration aura lieu l’après-midi du dimanche 18 mai prochain à Québec.

Cette messe d’action de grâce aura lieu alors que des centaines de jeunes catholiques de partout au Canada seront à Québec à l’occasion de la Montée jeunesse, pendant les fêtes du 350e de Notre-Dame de Québec. Des démarches débuteront également pour qu’une célébration puisse aussi avoir lieu à Rome à l’automne 2014, en communion avec le pape François.

 La canonisation d’aujourd’hui en est une « équipollente » : cela signifie que le Pape étend d’autorité à toute l’Église le culte d’un serviteur ou servante de Dieu non encore canonisé(é), à travers l’inscription de sa fête, avec messe et office, dans le calendrier de l’Eglise universelle. C’est la troisième fois que le pape François utilise cette méthode qui ne requiert pas la reconnaissance d’un nouveau miracle (en 2013, pour les saints Pierre Favre et  Angèle de Foligno). La béatification de François de Laval et Marie de l’Incarnation par Jean-Paul II remonte à 1980. Les autres saints canadiens sont (année de canonisation entre parenthèse) : Les martyrs canadiens (1930) – Marguerite Bourgeoys (1982) – Marguerite d’Youville (1990) – Frère André (2010) – Kateri Tekakwitha (2012)

 Leurs tombeaux sont accessibles à la population:

Sainte Marie de l’Incarnation :
Chapelle du Monastère des Ursulines (10, rue Donnacona, Québec)

Saint François de Laval :
Basilique-cathédrale Notre-Dame de Québec (16 Rue De Buade, Québec)

Pour une revue de presse complète sur cette bonne nouvelle.

Pour mieux connaître ces deux nouveaux saints, la webtélé de l’Église catholique de Québec ECDQ.tv a produit deux reportages de 12 minutes disponibles sur www.ecdq.tv ou ci-bas:

 

http://beta.ecdq.org/blog/francois-de-laval-et-marie-de-lincarnation-reconnus-saint-et-sainte/

Revue de presse sur nos nouveaux saints

Vitrine_marie-de-lincarnation-J-F-laval

Voici en vrac quelques éléments de la belle couverture de presse des canonisations de François de Laval et Marie de l’Incarnation

Radio-Canada (bulletin complet du 3 avril à venir ici) Entrevue de Marie Tifo à Première Heure.
TVA
Le Soleil
Journal de Québec
Le Devoir
La Presse Canadienne (via le Journal Metro)
Québec Hebdo
Radio-Vatican
La Croix

Catholic News Service

Déclaration du Premier ministre du Canada
Déclaration de la Première ministre du Québec

La conférence de presse intégrale est disponible ici http://new.livestream.com/ecdq/canonisations

 

 

http://beta.ecdq.org/blog/revue-de-presse-sur-nos-nouveaux-saints/

6 avril: Collecte du Carême de partage de Développement et Paix

 

Vitrine_developpement_et_paix_2014
 
par 
Paul-André Durocher, archevêque de Gatineau et président de la Conférence des évêques catholiques du Canada via http://www.devp.org/fr/blog/tous-solidaires
 

 
 
Dimanche prochain, le 6 avril, est le Dimanche de la solidarité ! Il s’agit du jour de la collecte du Carême de partage quand les Catholiques à travers le Canada seront invités, dans la plupart des paroisses, à faire un don. Leur geste permettra aux personnes les plus vulnérables des pays du Sud de mettre en place des projets leur permettant de vivre dans la dignité. Mgr Paul-André Durocher, président de la Conférence des évêques catholiques du Canada et archevêque de Gatineau nous invite toutes et tous à la solidarité et à la fraternité dans une vidéo où il décrit la mission deDéveloppement et Paix et sa relation avec la campagne internationale lancée par le pape François sous le slogan Une seule famille humaine, de la nourriture pour tous.

Le carême est une période idéale pour se recueillir, nous invitant à examiner notre propre vie et à apporter des changements qui nous rapprochent de Dieu. Comme nous nous rapprochons de Dieu, agir pour le bien d’autrui, plus particulièrement envers les personnes moins bien nanties, devient de plus en plus naturel pour nous. Ainsi, l’appel à  se convertir et à croire en l’Évangile devient non seulement une décision personnelle, mais aussi collective. C’est un appel à toute la grande famille humaine.

Cette année, la campagne Carême de partage de Développement et Paix s’harmonise avec une initiative mondiale de Caritas Internationalis intitulée Une seule famille humaine, de la nourriture pour tous, lancée par le Saint-Père en décembre.

Une seule famille humaine, de la nourriture pour tous est notre réponse au fait qu’un enfant de Dieu sur huit souffre encore de la faim — un total de 1 milliard de personnes sur notre planète. Mourir de faim dans notre monde d’abondance est un scandale et nie le droit humain le plus fondamental : le droit à l’alimentation.

C’est avec l’aide des membres de Caritas Internationalis, comme Développement et Paix, qui travaille tant au niveau local que national à travers le monde, que nous allons vraiment être en mesure de changer les choses pour les personnes souffrant de la faim dans le monde. L’objectif est de partager l’abondance de la création de Dieu avec nos frères et sœurs à travers le monde afin que nous puissions mettre fin à l’injustice de la faim et ajouter une place à notre table pour les personnes dans le besoin.

La foi en Jésus Christ et sa compassion pour les personnes les plus marginalisées sont au cœur de la mission deDéveloppement et Paix — une mission de solidarité internationale qui repose sur votre générosité. Grâce à votre aide, les catholiques du Canada appuient plus de 100 partenaires dans 20 pays du Sud à travers Développement et Paix. Les sommes d’argent recueillies par le Carême de partage contribuent également à éduquer les gens d’ici quant aux causes profondes de la pauvreté et de l’injustice et à les mobiliser dans l’action pour le changement.

À travers les ressources du Carême de partage, vous rencontrerez des gens qui bénéficient des projets menés par nos principaux partenaires et vous verrez l’impact de votre soutien dans leur lutte quotidienne pour la sécurité alimentaire. Avec l’aide du magazine et des cartes de prière, nous espérons vous aider dans vos démarches de sensibilisation à la souveraineté alimentaire, afin d’accroître le soutien pour le travail urgent et nécessaire de Développement et Paix dans le monde.

Selon les mots du pape François, il nous invite à « nous faire l’écho des personnes qui souffrent en silence de la faim, afin que cet écho devienne un rugissement capable de secouer le monde. » Je vous remercie de vous joindre à nous dans cette campagne mondiale passionnante afin d’éliminer la faim.

Cordialement,

+ Paul-André Durocher
Archevêque de Gatineau et
Président de la Conférence des évêques catholiques du Canada

http://beta.ecdq.org/blog/6-avril-collecte-du-careme-de-partage-du-developpement-et-paix/